SAP s’envole dans les nuages - SAP CRM RDS sur le nuage d'IBM

SAP s’envole dans les nuages - SAP CRM RDS sur le nuage d'IBM
Type: 
Note
Date: 
Lundi 7 Novembre 2011
Auteur: 
Christophe Toulemonde
Accès: 
Public

Tout fournisseur de technologie doit aujourd’hui avoir une stratégie Cloud Computing.

Pourquoi ? Parce que :

  • Tout ce que l’industrie compte comme penseurs, stratèges, architectes, marketeurs, et acteurs de l’écosystème, éditeurs, intégrateurs, opérateurs … voit dans le Cloud computing une révolution à venir
  • Une stratégie Cloud Computing projette une image innovante du fournisseur
  • Les clients et prospects sont attirés par cette industrialisation et automatisation de l’informatique, surpris par la rapidité annoncée de déploiement, et surtout intrigués par les économies projetées.

SAP n’échappe pas à la règle mais à la différence des nouveaux entrants, l’éditeur allemand doit protéger sa base installée et la faire évoluer tout en élargissant son champ de prospection vers de nouveaux marchés.

Dans ce billet sur la mode du SaaS, Richard Peynot évoquait l’intérêt des DSI mais également leurs réticences, principalement pour des questions de réversibilité, de sécurité des accès et protection des données mais également d’interopérabilité avec le parc applicatif existant.  Ces points arrivent en tête des inquiétudes dans la quasi-totalité des études sur le SaaS. Aujourd’hui, les applications SaaS se limitent encore à des domaines « autonomes », c’est-à-dire peu intégrés à un système d’information complexe ou des entités limitées comme les filiales ou les bureaux à l’étranger.

Analyse

Avec cette grille de lecture, on peut analyser la dernière annonce conjointe de SAP France et IBM France deSAP CRM RDS sur le cloud IBM.

1.    SAP : un acteur du Cloud ?

Les débuts de SAP sur le Cloud n’ont pas été convaincants. Malgré un lancement en fanfare en 2007, la première version de Business By Design,  l’offre en SaaS de SAP dans le domaine de l’ERP pour les PME, n’a pas rencontré son marché[1] pour de multiples raisons techniques, marketing et commerciales.  

Aujourd’hui, la stratégie de SAP sur le Cloud reste fragmentée. Pour les PME, la version 2.6 lancée au début de l’année 2011 marque l’arrivée à maturité de l’offre de SAP dans le secteur de l’ERP en ligne. Des solutions ponctuelles comme le développement durable ou des services de reporting à la demande de Business Objects sont proposés en mode SaaS. Cependant, SAP est toujours considéré comme un challenger dans le monde du Cloud. Ses clients demandent que l’éditeur clarifie sa stratégie en matière de Cloud, de plateforme, et de produits ainsi que de proposition de valeur.

De plus ses concurrents spécialistes du Cloud ont clairement annoncé que leur stratégie consiste à étendre la couverture fonctionnelle de leur solution pour répondre à l’ensemble des problématiques de l’entreprise. Pour ce faire, ils mettent en place des programmes pour déverrouiller les données gérées par SAP.  

2.    Le CRM : Un domaine porteur du Cloud mais encombré.

La Gestion de la Relation Client est un domaine porteur du Cloud. Salesforce.com a ouvert la voie dans laquelle se sont engagés des grands acteurs internationaux (Oracle CRM On Demand, Microsoft Dynamics CRM On line, SAP Business By Design), des acteurs du libre (SugarCRM) et des acteurs locaux (Divalto, Coheris, Easiware…).

Le Cloud selon SAP doit être un environnement maitrisé pour assurer la cohérence des données et des usages dans l'entreprise. Et les entreprises ayant déjà investi dans les technologies SAP on-premise  peuvent évoluer vers le Cloud en toute sécurité. Il n’est pas question de remettre en cause les investissements existants mais plutôt de les compléter par une solution dans un domaine important mais peut-être moins stratégique que la Supply Chain ou l’ERP, colonne vertébrale de l’activité financière ou industrielle de l’entreprise.

3.    Les avantages du mode Cloud

Si le passage de SAP CRM sur le Cloud permet de lever quelques barrières (coûts réduits (105€/mois/utilisateur, installation facilitée (6 à 8 semaines pour un système opérationnel), flexibilité opérationnelle (automatisation du Cloud IBM)), il répond également à  des défis importants en termes d’intégration (un modèle de données identique entre le Cloud et les applications de l’entreprise), de workflows ( des processus sans rupture entre le Cloud et on-premise) et de sécurité (Niveau de sécurité du Cloud IBM). Dans ces domaines, SAP et son partenaire proposent, au moins sur le papier, une réponse adéquate aux grandes entreprises clientes. Ces dernières doivent maintenant vérifier la vérité de ces assertions

4.    Ouverture contrôlée et réversible sur le Cloud

Les mots clés de l’annonce sont intégration avec l’existant, capacités de personnalisation et réversibilité qui devraient rassurer les grands clients de SAP soucieux de la cohérence de cette solution avec le parc des applications déjà installées et celles à venir. Avec cette annonce, SAP a ouvert la porte du Cloud tout en gardant le lien avec le back office et la supply chain des clients.

Du coté des critiques, les puristes du Cloud évoqueront l’absence du multi-tenant[2] dans cette offre SaaS. Pourtant, cela permet à SAP non seulement de garantir la réversibilité de l’installation on-premise mais également d’adapter la solution à l’environnement de travail et les méthodes de l’entreprise cliente. Et l’automatisation de ses environnements Cloud permet à IBM de garantir que les mises à jour fonctionnelles et de sécurité seront assurées pour chaque client, les outils d'administration et d'automatisation mis en œuvre pouvant assurer sans problèmes la supervision et la maintenance de ces systèmes.

Enfin, la mobilité et l'accès de l’application à partir d’une tablette ne sont pas assurés spécifiquement par SAP.

5.    Sécurité

IBM exploitera le service depuis son centre informatique d’Amsterdam, déjà spécialisé dans l’univers SAP. Les données gérées dans un environnement propre au client (single tenant) demeurent ainsi sur un pays de l’Union européenne, un élément positif mais qui ne va pas complétement rassurer les clients et les administrations publiques sensibles à la sécurité de leurs données chez un fournisseur de Cloud américain (et donc soumis au Patriot Act).

6.    Evolutivité de l’offre.

Le point d’entrée est standardisé, c'est-à-dire un environnement préconfigurée et donc installable rapidement (6 à 8 semaines). Si besoin, elle peut s’adapter à un environnement particulier ou évolutif grâce à des options paramétrables. Enfin,  il est possible de migrer vers la solution SAP CRM 7.0 on-premise à laquelle pourront être intégrées d’autres applications métier de la sphère CRM.

Le niveau d’intégration permet d’imaginer des environnements applicatifs hybrides, à la fois déployés chez le client on-premise et sur le Cloud on-demand.

7.    Un partenariat entre deux spécialistes mais un seul interlocuteur

Si SAP fournit le progiciel, cette offre est portée et commercialisée par IBM, seul interlocuteur des clients. IBM assure la mise en œuvre – initialisation de la solution, interfaces, paramétrage, formation – et l’exploitation de la solution.

Du fait des tâtonnements dans le positionnement et les débuts difficiles dans le Cloud, la reconnaissance du marché est à faire. Cette démarche s’inscrit dans un programme d’animation de son écosystème de partenaires intégrateurs, éditeurs et distributeurs qui travaillent autour de ses solutions.

Partenaires de longue date, cette annonce s’inscrit dans la continuité des relations qui unissent les deux entreprises. IBM annonce gérer plus de 1,3 million d'utilisateurs professionnels SAP. Il a par ailleurs récemment annoncé la disponibilité d'IBM SmartCloud pour les applications SAP, une offre de services qui accélère le déploiement et la gestion des applications SAP sur le Cloud.  

Mais cette collaboration n’est pas exclusive. SAP a également signé des accords de partenariats avec les grands intégrateurs (qu’Accenture, Capgemini, Deloitte, HCL et Wipro). Outre l’annonce du partenariat IBM, on peut citer les annonces récentes de partenariat autour de solutions sur le Cloud avec HP et Capgemini.

 

Recommandations

Dans ce marché encombré du CRM en mode SaaS, l’offre de SAP est clairement destinée aux entreprises de grande taille  clientes de SAP qui recherchent une solution de gestion marketing et  ventes d’une entité autonome (par exemple un département ou une filiale à l’étranger) mais désirent garder le contrôle et la cohérence des informations.

Rapidement déployée, facturée en fonction de l’usage, évolutive sur les fonctions, la solution s’adapte en fonction des besoins de l’entreprise.

Elle permet à ces entreprises d’innover sur le Cloud dans un domaine, le CRM, où les risques sont plus faibles que pour un environnement de production



[1] Voir la note SAP Business By Design atteint la maturité – par Bertrand Garé – Juin 2011

[2] Le multi-tenant est une architecture logicielle, où une seule instance de l’application s’exécute sur un serveur pour supporter l’ensemble des utilisateurs des entreprises clientes. Le multi-tenant s’oppose avec une architecture multi-instance, où une instance distincte de l’application est mise à disposition de chaque entreprise cliente.

 



La stratégie Cloud Computing de SAP : Une évolution progressive.

Les Cibles :

  • Le principal intérêt de SAP dans le Cloud réside dans sa capacité à réduire le TCO de son environnement,  préoccupation majeure de ses clients. En proposant des services additionnels sur le Cloud avec une facturation à l’usage, SAP peut aider ses clients à compléter les applications centrales existantes. Le point critique est la préservation de l’existant des clients. Ces nouveaux services on Demand sont conçus pour complémenter ou s’ajouter aux processus métiers existants gérés par les applications traditionnelles on-premise de SAP.
  • Les solutions sur le Cloud permettent également d’adresser le monde des petites et moyennes entreprises filiales directes de grandes entreprises qui doivent s’intégrer aux processus mis en place dans la maison mère, en termes de contrôle, de reporting mais aussi de consolidation financière, ou les PME fournisseur d’une grande entreprise et  présentes dans la chaîne d’approvisionnement étendue.

La Technologie

  • Pour SAP, le Cloud Computing permet d’apporter une standardisation et une simplification des applications et en particulier de l’IHM.
  • Le modèle simplifie également les travaux de développement en libérant les programmeurs des contraintes de CPU et de mémoire. Avec les ressources « infinies du cloud et l’architecture in-memory de SAP, toutes les données de l’entreprise peuvent être en mémoire et accessibles avec un moteur de recherche plutôt qu’en utilisant les bases de données relationnelles traditionnelles.  

Les Axes de développement

  • Une infrastructure solide et disponible en 24x7 qui supporte la plateforme Business By Design (PaaS) et les services on Demand (SaaS)
  • Des solutions on Demand développées spécifiquement pour le Cloud. Business by Design est la suite des solutions de SAP en mode SaaS. Cette suite est complémenté par des services SAP de Collaboration et Analytics  mais également par des services développés par les partenaires.
  • Un réseau de partenaires, investissant sur la plateforme de SAP, qui accélèrent le Time to Market
  • De nouvelles façons de commercialiser les services au travers de la place de marché SAP Store.

 

SAP Customer Relationship Manager Rapid Deployement Solution

SAP CRM RDS est une offre de gestion des relations clients standardisée, c'est-à-dire préconfigurée mais paramétrable, pour évoluer vers une adaptation personnalisée plus avancée à travers un catalogue d’options.

L'application couvre les scénarios métiers clés du marketing, de la vente et des services. Et en utilisant l'approche de déploiement rapide, la solution est opérationnelle en 6 à 8 semaines. Les processus métiers les plus importants sont déjà préconfigurés, il n'y a donc pas besoin d'ajustements complexes après l'installation.