Bonne Année Orientée Service 2012 !

Après avoir été le mot magique de notre industrie, SOA a disparu dans les limbes de l’informatique, remplacée par Cloud Computing, Big Data et autres concepts à la mode.

Et c’est probablement une bonne chose car SOA a commencé  à montrer sa valeur pour les directions informatiques.

Même, l’analyste du Gartner, Anne Thomas Manes, qui avait publié le faire part de décès de la SOA en 2009,  a reconnu, lors de la conférence AADI  2011, que « les principes de l’orientation services sont en train d’être mis en œuvre dans les entreprises. De plus en plus d’entreprises les intègrent dans leurs processus de développement et c’est une bonne chose. »  

De fait SOA est aussi nécessaire pour réussir une opération de modernisation des infrastructures et applications existantes, pour mettre en œuvre rapidement des services sur le nuage et pour créer des applications agiles, c'est-à-dire qui s’adaptent facilement à notre environnement incertain.

Les applications patrimoniales, legacy peuvent s’intégrer dans une architecture moderne grâce à la SOA. L’encapsulation dans un service autonome de fonctions des applications existantes permet de les utiliser, de les modifier et éventuellement de les faire évoluer sans impacter le reste du SI. Il est simplement nécessaire de définir les messages d’entrée et de sortie de cette boite noire.

De même l’utilisation d’un service Métier distribué sous la forme d’un SaaS ou d’un service d’infrastructure en IaaS ou PaaS permet de se concentrer sur son contrat (que fait le service et à quel coût), pas comment il  le réalise.

Enfin, la SOA, avec son principe de couplage lâche, propose un modèle de développement et de déploiement d’applications agiles, prêtes à changer en limitant les coûts de changement et d’évolution (il suffit de replacer une brique logicielle par une autre brique qui respecte les mêmes interfaces).



Alors 2012 est l’année SOA.



ps: Si vous êtes intéressé par échanger sur ce sujet, rejoignez  le club SOA