Les entreprises veulent du cloud … oui mais du privé !

 

La visite de trois data centers de gros infogérants de taille mondiale m’a confirmé que de plus en plus d’entreprises externalisent leurs infrastructures dans un cloud. Elles appellent cela du « cloud », de la « capacité à la demande », de la « capacité ajustable », peu importe. Elles sont intéressées par les économies de serveurs et de disques apportées par la virtualisation, par la technologie que leur apportent les opérateurs (refroidissement, sécurité, redondance et haute disponibilité, PCA et PRA*, sauvegardes, automatisation de certaines opérations, etc), et par l’industrialisation des processus de mieux en mieux maitrisée par les infogérants.

 

Mais j’ai également appris que majoritairement elles exigeaient des serveurs et des disques dédiés dès qu’il s’agit d’applications critiques, d’applications métiers, et d’outils vitaux tels que la messagerie. Même pour des applications de partage de documents, d’outils décisionnels ou de moyens de développement, dont on pourrait comprendre qu’ils ne requièrent pas une haute disponibilité, elles restent méfiantes vis à vis des espaces mutualisés. Les infogérants parlent même de déclin ou de raréfaction des espaces mutualisés.

 

Méfiance passagère ? Justifiée ? La pression sur les prix poussera-t-elle certaines DSI à accepter de migrer certains domaines vers des infrastructures mutualisées ? Le phénomène est probablement culturel : les départements exploitation des DSI ont encore la nostalgie de leurs propres parcs de serveurs et elles craignent encore que mutualisé soit synonyme  de moins sécurisé. Si les hébergeurs et infogérants savent prouver qu’ils peuvent garantir de la haute disponibilité et des PRA, alors ils feront venir certains domaines sur des moyens mutualisés … pour le bénéfice de tous.

 

Richard Peynot

15 octobre 2011

 

PCA : plan de continuité d’activité ; PRA : plan de reprise d’activité.