Quand Twitter empêche LinkedIn de gazouiller

En complément de notre étude sur les APIs_as_a_Service, il est intéressant de rapporter ici l’affaire Twitter/LinkedIn.

Vendredi 6 juillet 2012, Twitter a mis fin à son accord de syndication de contenu avec LinkedIn dernier. Depuis 2009, il était possible de partager des conversations professionnelles sur les deux plateformes en synchronisant les comptes. Aujourd’hui, la reprise des tweets sur LinkedIn est interdite, seules les conversations de LinkedIn peuvent être postées sur Twitter.  

En d’autres termes, Twitter a modifié les conditions d’utilisation de ses APIs, modifiant les possibilités d’afficher des services Twitter dans des applications tierces.  L’éditeur du site de microblogging justifie ce changement des conditions d’utilisations en invoquant l’ « expérience utilisateur cohérente », les développeurs ne devant pas créer une application qui imite ou reproduit l’application Twitter.

En fait, il semble que ce renforcement des « règles de développement » soit dû à un problème financier.  Le modèle d’affaire de Twitter est basé sur la publicité en vendant du temps de regard de ses utilisateurs aux annonceurs.  En détectant les mots clés des tweets, l’éditeur est capable d’afficher de la publicité ciblée. Par contre, si l’utilisateur lit les tweets directement sur LinkedIn, le temps de regard est perdu pour Twitter et ses annonceurs. LinkedIn et son écosystème profitant à plein et gratuitement de la notoriété de leur partenaire.

On est ici typiquement dans ces univers fermés du Web ou chacun essaye de réunir le plus grand écosystème mais à son avantage uniquement. Mais Twitter et ses 140 caractères n’est pas Facebook. Saura-t-il négocier ce changement de stratégie et augmenter son chiffre d’affaires sans se mettre à dos ses indispensables partenaires ? C’est à voir.

MàJ : Facebook est en face d'un problème similaire. Le réseau social a fermé les APIs de reconnaisance faciale fournis par Face.com, société qu'il a acquise il y a deux mois. Pour les développeurs qui les utilisaient, c'est un peu comme si Face.com leur avait dit "Merci de nous avoir aidé à bâtir une société qui a pu être racheté par Facebook — maintenant allez au diable ! . »

En publiant des services métiers sur le Web, il est important d’analyser l’impact des conditions d’utilisation sur votre modèle d’affaire (free, freemium, fee) et sur celui de vos partenaires.   Le changement de stratégie en cours de route peut être source de friction dans un écosystème fragile.