Le paysage applicatif des entreprises

Nouvelle étude intéressante ( !) de Capgemini et HP. En voilà quelques citations extraites du communiqué de presse

« Des millions d'applications au sein des entreprises européennes et américaines sont obsolètes et inutiles et n’apportent plus aucune valeur pour leur activité. »

Pour les responsables informatiques interrogés:

«

 • 85% d’entre eux estiment que leur portefeuille d'applications doit être rationalisé,

• Près de 60 % considèrent gérer actuellement « plus » ou « beaucoup plus » d'applications que nécessaires pour le bon fonctionnement de leur entreprise,

• La moitié d'entre eux estime que jusqu'à 50 % de leurs applications devraient être supprimés,

 »

On est ici devant un vrai paradoxe…. Toutes les études convergent pour dire que les budgets informatiques des entreprises sont contraints et déjà consommés à plus de 70% pour supporter les opérations et la maintenance quotidienne des applications. Il ne reste qu’une portion congrue (20%) pour lancer des nouveaux projets d’innovation. C’est peu. D’autant plus que ces nouveaux projets s’inscriront dans le budget Opérations et Maintenance de la DSI l’année suivante. 

C’est un cercle infernal car les opérations de rationalisation, de consolidation ou de démantèlement des applications inutiles coûtent de l’argent … qui n’est pas disponible car déjà consommé …. Et les systèmes d’information des entreprises se sont complétement sédimentés par couches successives au gré des projets et des demandes des métiers.  

Innovation de la DSIIl y a des pistes à explorer pour sortir de ce cercle vicieux infernal. On peut lister

·         La mutualisation des services et la mise en œuvre de progiciels standards

·         L’architecture d’entreprise et l’urbanisation des environnements

·         L’architecture orientée services et le business process management

·         La rationalisation et la consolidation des infrastructures et des applications

·         L’externalisation des applications et/ou des infrastructures et les stratégies de sourcing

 

Il faut passer d'une DSI artisanale à une DSI industrielle. Sommes nous prêt ?