Le nuage : le nouveau ring de la bureautique

Ca y est ! Le dernier acteur est en scène ! La bataille de la collaboration va pouvoir commencer sur le ring du nuage.

Il est peut-être inutile de présenter le dernier entrant sur la scène : Microsoft. Office 365 est disponible. Hébergé sur le cloud, l’offre collaborative de Microsoft propose

·         Une messagerie et un calendrier

·         Les Office Web Apps (bureautique Word, Excel, Powerpoint et OneNote)

·         Des outils de partage de fichiers et de documents

·         Des outils de communication (Messagerie instantanée et réunions en ligne)

Et les comparaisons entre Office 365 et ses concurrents fleurissent sur le web. (Ici, ici pour Google Apps, et pour IBM LotusLive, et encore ici pour Zoho)

Maintenant tous les belligérants sont en ordre de bataille. Les arguments s’affutent, le combat va pouvoir commencer !.

Quelques commentaires

·         Déjà à la veille de l’annonce de Microsoft, Google, par la voix de Shan Sinva, le chef de produit, a (mollement) réagi dans le billet «365 raisons de considérer Google Apps ».  Les 4 raisons présentées (un produit collaboratif, accessible de n’importe où, simple et économique, conçu pour le nuage) ne convaincront … que les convaincus.

·         Le mouvement du cloud a forcé l’éditeur de Redmond à faire évoluer sa stratégie de « Tout sur Windows » à «Cloud Windows », malgré sa rente de situation obtenue avec la suite bureautique et la messagerie. Mobilité, accès et utilisation universels, et guerre des prix auront-ils raison de l’éditeur ?

·         Les offres cloud s’adressent d’abord aux petites et moyennes entreprises et, dans ce cadre, Microsoft dispose de peu de différentiateurs par rapports aux offres de ses concurrents.  

·         Pour des grandes entreprises, l’évolution sur le cloud de l’infrastructure bureautique et de messagerie et à fortiori le basculement sur des offres concurrents restent des opérations complexes et risquées. La compatibilité avec l’offre traditionnelle et donc la possibilité de procéder à un déploiement hybride (un mixte d’utilisateurs gérés sur le cloud et sur site) est un avantage certain pour Microsoft.

·          Mais IBM n’est pas resté inactif. En prévision de cette disponibilité, il a annoncé une nouvelle version de son offre Cloud LotusLive Notes qui offre des fonctions similaires, un accès à la fois aux services Notes du cloud et aux applications sur les serveurs Domino. Mais comme le dit Ed Brill, le chef de produit Lotus, c’est un secret bien gardé.

·         Si les éditeurs challengers sur le marché (Google, Zoho) présentent une offre tarifaire simple, Microsoft décline les 11 tarifs de la suite sur le cloud en fonction du nombre d’utilisateurs, des options mises en œuvre mais  également d’un couplage avec une utilisation de la suite traditionnelle sur site.